ACTUALITE







L'INTERET D'UN BLOG CONSISTE ESSENTIELLEMENT A ECHANGER DES IDEES, DES IMPRESSIONS ENTRE L'AUTEUR DU BLOG ET LES LECTEURS.


POUR FAIRE UN COMMENTAIRE :

- CLIQUEZ SUR COMMENTAIRES
- REMPLISSEZ LA RUBRIQUE EN TAPANT VOTE COMMENTAIRE
- SIGNEZ VOTRE COMMENTAIRE SI VOUS LE SOUHAITEZ
- DANS SELECTIONNEZ LE PROFIL, CLIQUEZ SUR ANONYME
- TAPEZ LES LETTRES INDIQUEES
- CLIQUEZ SUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET C'EST FAIT


- LORSQUE LE COMMENTAIRE SERA ACCEPTE PAR L'AUTEUR DU BLOG, IL SERA PUBLIE



jeudi 27 juillet 2017

TANGER : LE CAFE HAFA

S'il est un lieu mythique à Tanger, c'est bien le café Hafa, fondé en 1921 par Ba M'hamed. Hafa veut dire la falaise en arabe.
Certes ce lieu a été très fréquenté par de nombreuses célébrités, dont la plus légendaire est sans doute l'écrivain américain Paul Bowles. 
De Paul Bowles à Mohamed Choukri, de Jean Genet à William Burroughs, en passant par Loti, Paul Morand, Beckett, Hemingway, Truman Capote et bien d’autres, sans compter ceux qu'on appelle les "stars" les Beatles, les Rolling Stones, Jimi Hendrix, Sean Connery... 
Tous les amoureux de l’âme tangéroise sont venus ici bavarder, écrire, peindre, boire le thé à la menthe ou fumer la chicha. 
Il est des lieux que l’on sait habités, où l’on pressent que les vivants et les morts peuvent dialoguer en paix. Le Café Hafa est de ceux-là… 
Mais il ne faut pas se focaliser sur cet aspect "people", le café est ouvert à tous, c'est véritablement un lieu populaire où tous ceux qui veulent, rêver, méditer, jouer de la musique ou tout simplement contempler la mer, le détroit de Gibraltar et au loin l'Europe, peuvent se rendre.
C'est ce qui fait tout le charme de ce lieu et dans mon for intérieur, je me dis "pourvou qué ça dourre"
Ce café, c'est l'essence même de Tanger.


(c) Gérard Morin - Tanger 2017 - L'enseigne du café Hafa à Tanger


 (c) Gérard Morin - Tanger 2017 - Assis à une table du café Hafa, je me prends à rêver devant l'immensité bleue...

" Pour ceux qui rêvent de départ, le "paradis" semble à portée de main, et il suffirait d'être un oiseau pour s'y envoler sans souci de passeport et de papiers d'émigration. pour d'autres, ceux qui justement viennent ici se reposer du stress dû au paradis d'en , ce café représente un ilôt de calme et de vérité. Il existe un endroit paisible sur terre où l'on peut se reposer, les pieds sur une vieille chaise. Revivre enfin entre ciel et mer, sans être sur ses gardes. Ici les rêves croisent les illusions des autres... " (In "Voyage à Tanger, sur les pas de Delacroix, Edition du Garde temps, Catherine Taralon et Marc Broussard.)


(c) Gérard Morin - Tanger 2017 - Le café est aménagé comme une salle de spectacle avec des paliers en gradin, la vue n'est arrêtée que par quelques arbres. On vient ici à toute heure du jour et de la nuit déguster un thé à la menthe...

(c) Gérard Morin - Tanger 2017 - En bas de la falaise, la route du bord de mer.

(c) Gérard Morin - Tanger 2017 -Une légère houle fait apparaître quelques "moutons"


(c) Gérard Morin - Tanger 2017 - Les couleurs dominantes sont le bleu (toute la palette de bleus) et le vert


(c) Gérard Morin - Tanger 2017 - Anne au café Hafa

(c) Gérard Morin - Tanger 2017 - Gérard attablé au café Hafa, face à la mer...
 

(c) Gérard Morin - Tanger 2017 -  A côté du café Hafa, la maison d'un certain BHL, en vente à cette époque !


TANGER 2017 - ASPECTS DE LA VILLE

Promenade dans la ville nouvelle et au port de pêche



(C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - place de France


(C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - place du Faro


(C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - la baie de Tanger


(C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - la baie de Tanger, au fond l'Espagne


(C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - boulevard Pasteur

(C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - boulevard Pasteur


(C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - la baie de Tanger


(C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - le bord de mer


(C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 -Avenue Mohamed VI


(C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - l'actuel port de pêche


(C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - pêcheurs à la ligne avec au fond la médina et la casbah


(C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - bastingage

(C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - arrivée d'un bateau de pêche au port


(C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - amarrage


(C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - belle pêche (thons)


(C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - le débarquement de la pêche


(C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - la criée en plein air

(C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - la vente du poisson


(C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - rougets à vendre

mercredi 26 juillet 2017

ROMAN : "APRES TOI LE DELUGE" DE PAUL BOWLES

 


L'intrigue d"Après toi le déluge" se passe à Tanger. Le choix de cette ville permet de justifier la diversité des différents personnages que rencontre Nelson Dyar, un américain encore jeune, qui n'a jamais rien réussi pendant sa courte vie et qui échoue là, par hasard. Telle une coquille de noix sur un océan tantôt calme, tantôt déchaîné, il se heurte à chacun des personnages qu'il croise. Les uns appartiennent à l'Afrique, les autres sont des occidentaux.
A Tanger, il va virevolter sans cesse entre Daisy, Hadija et Eunice, Jack, Thami, les frères Bedaoui... à la recherche d'une terre ferme. Il ne la trouvera pas. Il n'a pas de projet, pas de ligne conductrice. Il vit au gré de ses rencontres et de ses peurs.
Tanger est une société séduisante, à la marge des conventions, mais sans pitié pour le faible, pour celui qui n'a pas confiance en soi.
Le problème qui se pose à Dyar est d'abord de vivre, et ensuite de survivre. Plusieurs possibilités s'offrent à lui. Il n'en choisira aucune. Il ne sera qu'un jouet entre les mains des autres.
Petit à petit sous l'effet du majoun, un monde imaginaire se substitue au monde réel et ce sera le début d'une spirale de la déchéance.
"Après toit le déluge" est le roman d'un paumé, plongé dans un monde séduisant, facile en apparence, mais en réalité sans pitié. Les rapports entre les gens qui vivent là sont très durs. Tout se sait et chacun sait réellement à qui il a à faire, tous sauf Dyar.
Lui-même ne sait pas qui il est. Ses bribes d'existence lui donnent une conscience très parcellaire de sa personnalité. Croyant assouvir ses désirs, il est en fait confronté à ceux des autres, réels ou imaginaires. En définitive, il découvre qu'il est lui même son propre ennemi. Victime de ses peurs et de sa désespérance, il retournera au néant.

J'ai aimé ce livre, même s'il me laisse une certaine amertume en bouche. Bowles fait preuve du grande connaissance des rapports humains et d'une grande lucidité sur le destin de ceux qui passent par Tanger et qui restent pris dans sa toile, à jamais.
Peut-être dresse-t-il là son propre portrait !




mercredi 19 juillet 2017

TANGER 2017 - LA MEDINA ET LA KASBAH


(C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - Vue de la Kasbah de Tanger


(C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - La mosquée Sidi Bou Said édifiée en 1917 avec son minaret recouvert de faïences polychromes.


(C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - Le Grand Socco à Tanger.


(C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - Entrée sud de la médina par la Bab Fahs


(C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - Rue d'Italie


(C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - épices


(C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - voiles


(C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - rue de la Kasbah


(C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - rue de la Kasbah


(C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 -  rue de la Kasbah et enseigne du café Baba cher aux Rolling Stones, à Barbara Hutton. Avant c'était un café de marins, aujourd'hui l'endroit est fréquenté par des tangérois et des touristes.


(C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - Porte d'entrée de l'ancien palais de Barbara Hutton. Des travaux sont en cours qui génèrent une certaine inquiétude chez les défenseurs du patrimoine de la ville


(C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - art de rue à côté du café Baba


(C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - remparts de la Kasbah et vue sur l'océan


(C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - rue de la Kasbah


(C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - rue de la Kasbah


(C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - escalier décoré devant "Las Chicas"


 (C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - rue de la Kasbah et ses orangers


 (C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - arts de la rue de la Kasbah


 (C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - façade de l'ancien cinéma Alcazar


 (C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - L'hôtel Continental et les remparts de la médina. Au premier plan, à gauche, avec des arches blanches, l'ancien bâtiment de la Douane



 (C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - Terrasse du Continental à Tanger


 (C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - Maison de la rue Dar El Baroud donnant sur le port


 (C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - l'actuel port de pêche de Tanger et au fond, la baie


 (C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - Bab Dar Dbagh (entrée nord de la médina)


 (C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - l'ancienne maison de justice ou Tribunal du Pacha, à l'arrière la mosquée de la Kasbah avec son minaret octogonal


 (C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - place du mechouar


 (C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 -  patio intérieur du Dar Al Makhzan, aujourd'hui Musée de la Kasbah avec ses chapiteaux composites en marbre blanc et ses colonnes galbées


 (C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - porte à l'intérieur du musée


 (C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - le jardin de style marocco-andalou Riad As Sultan


 (C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - agapanthes


 (C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - la jardin andalou


 (C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - le jardin andalou


 (C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - vue sur le port depuis la terrasse du Salon bleu


 (C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - La porte donnant sur la place du mechouar, au loin l'Europe


(C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - La baie de Tanger


 (C) G. Morin, Tanger, juillet 2017 - Le nouveau port maritime