ACTUALITE







L'INTERET D'UN BLOG CONSISTE ESSENTIELLEMENT A ECHANGER DES IDEES, DES IMPRESSIONS ENTRE L'AUTEUR DU BLOG ET LES LECTEURS.


POUR FAIRE UN COMMENTAIRE :

- CLIQUEZ SUR COMMENTAIRES
- REMPLISSEZ LA RUBRIQUE EN TAPANT VOTE COMMENTAIRE
- SIGNEZ VOTRE COMMENTAIRE SI VOUS LE SOUHAITEZ
- DANS SELECTIONNEZ LE PROFIL, CLIQUEZ SUR ANONYME
- TAPEZ LES LETTRES INDIQUEES
- CLIQUEZ SUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET C'EST FAIT


- LORSQUE LE COMMENTAIRE SERA ACCEPTE PAR L'AUTEUR DU BLOG, IL SERA PUBLIE



samedi 21 juillet 2012

LA CHAMBRE DES OFFICIERS, ROMAN DE MARC DUGAIN



Marc Dugain a un premier talent, celui de choisir pour ses livres, des bons sujets, au bon moment.

Son roman " La Chambre des Officiers " a connu un large succès lors de sa publication en 1998. Il s'agit d'un premier roman. Le livre a été adapté au cinéma.

Le thème est celui des "Gueules cassées " de la guerre de 1914-1918. Il s'agit de grands blessés de la face, qui ont eu à subir pendant toute une vie les conséquences terribles à la fois physiques et psychologiques de leurs blessures. Sujet très douloureux, qu'il était peut-être difficile de traiter du vivant de ceux qui en sont, malgré eux, les héros.
Le grand-père de Marc Dugain faisait partie des "Gueules cassées".

De quoi s'agit-il ?

D'un jeune officier, Adrien Fournier, ingénieur dans le civil, qui est affecté au tout début de la guerre à un poste sur la Meuse. Il reçoit de son capitaine la mission d'aller observer sur le terrain les positions allemandes, avec deux sous-lieutenants. Le lendemain matin, alors que les trois hommes mènent leur inspection à cheval : "une détonation part de tout près". Les deux sous-lieutenants sont tués. Pour Adrien Fournier tout se passe en un éclair : " Je sens comme une hache qui vient s'enfoncer sous la base de mon nez. Puis on coupe la lumière." Description sans fioriture, quasi-chirurgicale. Pas de pathos, pas d'emphase.

Adrien se réveille sur un lit d'hôpital, il découvre progressivement, en observant ses voisins, en découvrant le regard des autres qu'il appartient désormais à la catégories des "gueules cassées".

Dans son roman, Dugain raconte "l'avant" : une vie normale de jeune homme qui s'amuse, qui cherche la compagnie d'une jeune femme et qui n'a aucune conscience du sort qui l'attend. Le "pendant" est extrêmement bref, une détonation, une sensation. L'inéluctable. "L'après" apparait comme une agonie à rebours. Tout a changé, personne, étrangers, amis membres de sa famille n'ose réellement le regarder en face. Il n'a plus visage humain. Les opérations se multiplient, mais ne changent pas dondamentalement l'aspect phisique du visage d'Adrien. Il faut réapprendre à vivre avec cela. C'est malgré tout possible grâce à la solidarité qui se construit jour après jour entre ceux qui ont subi le même sort, trois hommes et une femme. Il resteront unis et solidaires pendant toute leur vie.
A la fin de son livre Dugain fait dire à l'un de ses personnages :
 " - Ceux d'entre nous qui ont survécu à leurs blessures savent qu'ils sont condamnés à un certain... réalisme. L'homme est fait de chair et de sang. Lorsque le sang coule et que les chairs ont été meurtries jusqu'à transformer notre être, il faut nous résigner à vivre des choses simples et éviter les élans qui nous ramènent toujours à ce que nous sommes devenus en réalité." p.155
Belle philosophie, mais correspondait-elle à la réalité ?

Quant à la Nation, elle leur témoignera de la gratitude. Adrien recevra une lettre de Clémenceau. Restera le regard des autres, le regard d'une femme jadis aimée...

Dugain utilise un style sobre et efficace. Il joue habilement de la construction de ses phrases et utilise différents temps fort à propos.

Toutefois en ce qui me concerne, j'ai l'impression que le sujet a été traité en surface et avec distance. Le lecteur a l'impression d'être dans un monde irréel où il n'y a pas de place pour la colère, la révolte ou le désespoir.
Je n'ai pas ressenti également d'osmose entre les situations traitées et le style de l'auteur. Par exemple si l'on compare dans "La Chambre des Officiers" et dans "L'Acacia" de Claude Simon les scènes de départ de train pour le front, il ne fait aucun doute que dans un cas le style est documentaire, distant et dans l'autre il y a véritablement création littéraire par interpénétration entre la forme et le fond. C'est mon ressenti. C'est ce qui fait la différence entre la littérature et l'écriture d'un livre.
Sous cette réserve, "La Chambre des Officiers" est un roman à lire.

7 commentaires:

  1. Pouvez vous mettre plus de citations du livre SVP

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Difficile d'intégrer plus de citations après la rédaction de l'article il y a plus d'un an et demi. Il faut également respecter les droits de propriété littéraire.
      Le mieux est de consulter le livre.

      Supprimer
  2. Ce livre redonne un brin d'humanité à ces hommes qui n'ont plus rien à part des souvenirs...

    RépondreSupprimer
  3. ce livre me sert à me torcher le cul bande de pd ! En tout cas superbe qualité papier !! :D

    RépondreSupprimer
  4. je suis au collège, ce livre m'a permis d'avoir un peut plus de culture malgré que le début était inintéressant

    RépondreSupprimer
  5. j'aimerais savoir si vous pouvez m'aider j'ai un compte rendu à faire le plus vite possible mais je n'arrive pas a trouvé d'analyse de ce livre.

    RépondreSupprimer